Équilibriste

January 9th, 2017

Sur le cuir frais de ma causeuse, j’attends. Je laisse les minutes s’égrainer au gré des rayons du soleil qui m’inonde délicatement. Et ils s’accentuent sur ma peau. Et ils chauffent l’encre gravée en moi. Tracés de mon monde et de mes croyances, lignes directrices tout mon être, incrusté à ma chair, ils dansent sur moi pour que toujours, à leur mouvement, à leurs poids je sois déstabilisé. Il n’y a pas de rampe afin que je m’accroche, Il n’y a aucune parois à laquelle m’appuyer. Les murs, autour de moi, se sont lentement effacés. Ne reste plus que mon corps. Imparfait. Et au travers du néant et des déroutes de la vie, c’est la seule chose tangible, la seule certitude qui compte; être. C’est mon seul équilibre.

Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste
Équilibriste

Text: @natanieltrottier
Photos: @osvaldouribe