L’aveugle

February 14th, 2017

Je marche sur le plancher refroidi par l’air. Une fine couche de neige s’est frayé un chemin jusqu’au sol de mon appartement. Transi, du bout des doigts, je ferme la grande fenêtre oubliée. Givrée. Gelée. Je reste là, debout, engourdi, à regarder les bourrasques hivernales sillonner les rues envoyant aux visages des valeureux piétons une poudrée de neige. Et puis leurs corps disparaissent. Ne restent plus que leurs vêtements qui vont et viennent au vent.

Cachemire, duvet, fourrure et cuir. Écharpes, bonnets, et gants. Autant de tissus et d’accessoires et de couleurs et de textures qui se mélangent et s’agencent. Et moi, aux dessus d’eux, de la vue périscopique de mon appartement, je ne suis qu’un voyeur d’étoffes. Celles-ci qui m’ont propulsé si longtemps au centre de ma vie. Et aujourd’hui après tant d’années, je peux enfin être aveugle. M’étendre nu sur le sofa. Sourire, rêver et créer. Ne plus voir et créer.

L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo
L’aveugle · Cazzo

Text: @natanieltrottier
Photos: @osvaldouribe